Starless

Ange / Émile Jacotey

Pochette de l'album "Émile Jacotey" d'Ange

1975, Phonogram

Chacun son truc. Quand d'Angleterre quatre garçons dans le vent partent se ressourcer auprès d'un gourou indien obsédé sexuel sur les bords, les franchouillards d'Ange, pas moins chevelus ni baba-cools, feront le choix, quelque temps plus tard, d'aller voir l'ancêtre Émile Jacotey, maréchal-ferrant de père en fils à Saulnot, modeste village de 500 âmes en Haute-Saône, qui aimait à raconter les légendes locales. Si ces contes ont inspiré les textes de cet album, son plus grand mérite, je trouve, est d'amorcer – et de réussir – une évolution musicale majeure chez Ange, où l'on voit reculer le rock progressif au profit de la chanson. Ou plus exactement, où l'on entend naître une nouvelle conception de la chanson française, incorporant les ambitions orchestrales du rock progressif, la nervosité et la puissance du rock, l'exigence mélodique et l'intention littéraire. Oui, tout cela à la fois : excusez du peu. Bien que faute de temps, la deuxième moitié de l'album soit bien en deçà de tous ces curseurs, Émile Jacotey reste à mon avis un sommet dans ces nouvelles prétentions d'Ange. Deux titres sont particulièrement réussis : Sur la trace des fées avec son ambiance onirique, sa descente chromatique et sa sublime mélodie, et Le nain de Stanislas, véritable morceau de bravoure avec son contre-chant dans le refrain et son pont parlé sur une accélération de cadence magistralement amenée par le nouveau batteur Guénolé Biger, qui passe en l'espace de brèves mesures d'un battement de cymbale au martèlement du temps fort à la grosse caisse, puis bascule au temps faible à la caisse claire. Cela n'a rien d'une prouesse technique, mais l'effet est extraordinaire.

31 mai 2020

Vidéo / Le nain de Stanislas

Quelque part en Lorraine, en 1977.
Vidéo éditée par nuizible.

Vidéo / Le nain de Stanislas

Version originale.
Vidéo éditée par riversend21.

Chansons de l'album

  1. Bêle, bêle petite chèvre
  2. Sur la trace des fées
  3. Le nain de Stanislas
  4. Jour après jour
  5. Ode à Emile
  6. Ego et Deus
  7. J'irai dormir plus loin que ton sommeil
  8. Aurélia
  9. Les noces
  10. Le marchand de planètes

Crédits

Musiciens

Ange est Guénolé Biger (batterie, percussions, guitare électrique sur 4, vibraphone sur 5), Jean-Michel Brézovar (guitare, basse sur 4, mandolia sur 8), Christian Decamps (chant, claviers, percussions sur 4), Francis Decamps (orgue, synthétiseur, piano, cor de chasse sur 9) et Daniel Haas (basse, guitare acoustique sur 4).

Auteurs

Écrit et composé par Christian Decamps et Daniel Haas (1, 4, 7), Christian Decamps et Jean-Michel Brézovar (2, 5, 8), Christian et Francis Decamps (3, 6), Christian Decamps et Guénolé Biger (9, 10).

Production

Produit par Jean-Claude Pognant pour Philips.
Enregistré et mixé par Henri Lousteau et Paul Houdebine au studio des Dames, à Paris (France), avec l'assistancce de Jean-Louis Labro.
Édité par Chappell.

Pochette

Philippe Huart (illustrations extérieures) et Philippe Umbdenstock (illustrations intérieures).

Parution et label

1975, Phonogram.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2020. Page éditée le 31 mai 2020