Starless

Alphaville / Forever Young

Pochette de l'album "Forever Young" d'Alphaville

1984, WEA

Alphaville aurait pu marcher sur les plates-bandes de Depeche Mode. Après tout, il n'y a pas tant de groupes qui osent mettre les synthés au premier plan. Leur premier album montre toutefois que les Allemands ont choisi d'investir la cour de la pop, laissant celle du rock à leurs lointains cousins britanniques. Les synthés sont légers, tout gentils ; la boîte à rythme reste discrète et simpliste ; les mélodies semblent tout droit sorties d'un livre de recettes de tubes ; et le tout dégouline parfois de (vrais) violons bien sirupeux. De fait, Forever Young et Big in Japan restent à ce jour les deux grands succès internationaux du groupe. Est-ce de la pop ? De la variété ? Pendant que j'écoute Alphaville tenter de se hisser au plus près des étoiles, il me revient curieusement en mémoire notre Gold toulousain et néanmoins national, symbole d'une variété des années quatre-vingts attifée d'électricité clinquante, que l'on pouvait convier à la télé sans grand danger pour l'audimat.

24 janvier 2009

Vidéo / Forever Young

Salt Lake City (Utah, États-Unis), 1999.

Chansons de l'album

  1. A Victory Of Love
  2. Summer In Berlin
  3. Big In Japan
  4. To Germany With Love
  5. Fallen Angel
  6. Forever Young
  7. In The Mood
  8. Sounds Like A Melody
  9. Lies
  10. The Jet Set

Crédits

Musiciens

Alphaville est Marian Gold (chant), Bernhard Lloyd (claviers, rythmes) et Frank Mertens (claviers).
Avec Curt Cress (batterie), Wolfgang Loos (claviers, programmation), Ken Taylor (basse sur 4 et 6), Ralph Vornberger (chant sur 7), les Claudias (choeurs sur 10), Gulfstream (choeurs sur 6 et 7), les Rosie Singers (choeurs sur 6), Wednesday (choeurs sur 3 et 10), l'ensemble de cordes du Deutsche Opera Berlin (8).

Auteurs

Écrit, composé et arrangé par Alphaville.

Production

Produit par Colin Pearson, Wolfgang Loos et Andreas Budde.
Enregistré et mixé au studio 54 à Berlin (Allemagne) par Wolfgang Loos avec l'assistance de Boris Balin et Thomas Beck. Batterie (4, 6, 7) et basse (4, 6) enregistrées au studio Weryton à Munich (Allemagne) par Ulli Rudolph.

Pochette

Ulf Meyer Zu Küingdorf.

Parution et label

1984, WEA.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019