Starless

Musicabrac / Opéra rock

Le contre-ténor Tom Mébarki prépare une thèse de doctorat pour montrer que Rossini était en fait « le Shakira de l'opéra ».

Tom Mébarki à la finale du concours Ma thèse en 180 secondes à Grenoble (France), le 13 juin 2019.

Tom Mébarki à la finale du concours Ma thèse en 180 secondes à Grenoble (France), le 13 juin 2019.
Photo : MT180.

D'ordinaire, une paroi étanche sépare mon gagne-pain de journaliste spécialiste de la recherche scientifique et ma passion privée pour la musique pop-rock. Et voilà que surgit un Tom Mébarki pour jouer les passe-murailles. À 25 ans, ce contre-ténor d'opéra prépare un doctorat de musicologie à Aix-Marseille Université, sur « La "folie organisée" dans l'opera buffa rossinien. Vers une transhistoire du son ». Il se trouve que la manière à la fois parlante et drôle dont il est capable de présenter ses travaux en trois minutes chrono lui a valu de remporter le concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes ». Tout en rédigeant consciencieusement ma dépêche sur le sujet, je n'ai pu m'empêcher de prendre bonne note de ses recherches pour les signaler ici, qui tendent à montrer que les ressorts des musiques populaires d'aujourd'hui – rythme, mélodie, phrasé, arrangements – ne sont guère différents de ceux qu'employaient les compositeurs classiques « commerciaux » d'hier, tel « Rossini, le Shakira de l'opéra ».

15 juin 2019

Vidéo / Tom Mébarki, vainqueur de Ma thèse en 180 secondes (2019)

Tom Mébarki à la finale de Ma thèse en 180 secondes à Grenoble, le 13 juin 2019.
Vidéo mise en ligne par MT180

Sources : Ma thèse en 180 secondes : le musicologue Tom Mébarki (AMU) remporte la finale nationale 2019 (René-Luc Bénichou, AEF info, 14 juin 2019) ; publications de Tom Mébarki.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 10 août 2019.