Starless

Musicabrac / Song Factory

Pour éviter de plagier une chanson existante mais que l'on ne connaît pas, deux petits génies ont mis dans le domaine public les 68 milliards de mélodies possibles.

1,6 million de dollars : c'est ce qu'a dû payer George Harrison en 1976 au terme d'un procès pour plagiat, sans que le doute ait été levé entre plagiat délibéré ou accidentel.

1,6 million de dollars : c'est ce qu'a dû payer George Harrison en 1976 au terme d'un procès pour plagiat, sans que le doute ait été levé entre plagiat délibéré ou accidentel.
Photo : Documentaire Living in the Material World de Martin Scorcese, 2011 / HBO.

Comment éviter de plagier une mélodie par inadvertance ? « Fastoche ! », répondent Damien Riehl et Noah Rubin. Il n'y a qu'à mettre dans le domaine public toutes les mélodies possibles et imaginables. Un petit algorithme plus tard pour triturer 8 notes sur 12 temps, et les voici donc en possession de 68,7 milliards de combinaisons mélodiques de musique pop occidentale. Enregistrées au format Midi – donc sous forme de séquences de chiffres –, ces suites contournent ainsi le droit d'auteur musical qui, a priori, selon l'avocat Damien Riehl, ne s'applique qu'aux enregistrements musicaux sur support physique. Il n'y a alors plus qu'à publier le tout sous licence Creative Commons zéro pour verser ces mélodies dans le domaine public, et le tour est joué ! Sur le papier, cela paraît imparable. Sauf que dans le lot, il y a forcément toutes les mélodies déjà enregistrées sur support physique et donc déjà protégées ; en quoi le fait d'avoir mis leurs sosies mathématiques dans le domaine public les libèrerait-il ? Du reste, sur le principe lui-même, les juristes consultés par différents journaux sont au mieux perplexes, au pire éclatés de rire à l'idée qu'un tel tour de passe-passe puisse convaincre un tribunal.

29 février 2020

Sources : All The Music (site de Damien Riehl et Noah Rubin hébergeant leur code et les mélodies) ; 68 milliards de mélodies générées par un algorithme et mises dans le domaine public (Radio Canada, 27 février 2020) ; The Hard Drive With 68 Billion Melodies (The Atlantic, 26 février 2020).

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2020. Page éditée le 5 avril 2020.