Starless

Arab Strap / The Last Romance

Pochette de l'album "The Last Romance" d'Arab Strap

2005, Chemikal Underground

« Fascinant ! », aurait pu dire Mr. Spock à l'écoute de cet ultime album studio du duo écossais. Le fait est qu'il se dégage une étrange atmosphère de ces compositions tour à tour franchement rock et carrément intimistes. Je ne sais pas si l'on peut réellement qualifier la musique de lumineuse, mais c'est quand même le premier mot qui me vient à l'esprit à l'écoute des morceaux les plus enlevés. La section rythmique y est vraiment entraînante et les phrases de guitare viennent se loger très facilement dans les oreilles. Je me demande bien comment j'ai pu passer à côté d'un tel groupe pendant toutes ces années. Ou, pour dire les choses autrement, comment se fait-il qu'ils soient absents de la grille des radios alors que des titres comme Stink, Don't Ask Me To Dance ou Dream Sequence ont tout ce qu'il faut pour accéder au Top 50. La raison d'un tel mystère est peut-être à chercher du côté des paroles parfois très crues écrites par Aidan Moffat, qui parle de la vie en général, de l'amour en particulier, dans un style se situant aux antipodes de celui des romans de la collection Arlequin. Le nom du groupe lui-même résume explicitement le vocabulaire très direct employé par Moffat, qui n'hésite pas à appeler un chat un chat. Pour autant, son écriture est loin de s'apparenter aux provocations gratuites de certains groupes qui tentent de compenser la faiblesse de leurs textes (voire de leur musique) par le recours immodéré au langage de la rue. Ici, ce sont des sentiments complexes, des tristesses profondes et persistantes qui s'expriment sans pudeur aucune. Aidan Moffat cherche l'amour, comme tout le monde, mais même au bord du bonheur, on le sent tellement écorché qu'on se demande bien comment il va pouvoir s'en tirer (Don't Ask Me To Dance). Mais bon, comme disaient les Inconnus, « cela ne nous regarde pas ». Il reste que cette alliance contre nature d'une musique très mélodique, sinon joyeuse comme une fanfare (There Is No Ending), et d'un chant désabusé est une remarquable réussite : The Last Romance est un grand album. Dommage que le groupe ait ensuite décidé d'arrêter.

23 mars 2007

Vidéo / Dream Sequence

Clip vidéo.

Chansons de l'album

  1. Stink
  2. (If There's) No Hope For Us
  3. Chat In Amsterdam, Winter 2003
  4. Don't Ask Me To Dance
  5. Confessions Of A Big Brother
  6. Come Round And Love Me
  7. Speed-Date
  8. Dream Sequence
  9. Fine Tuning
  10. There Is No Ending

Crédits

Musiciens

Arab Strap est Malcolm Middleton (guitare, basse, piano...) et Aidan Moffat (chant, batterie, orgue...).
Avec Geoff Allan (chant sur 10), Alan Barr (violoncelle sur 1 et 5), Barry Burns (orgue sur 6, piano sur 8), David Jeans (batterie sur 2, 4, 7 et 8), Jon McCue (chant sur 10), Nicola MacLeod (chant sur 2 et 6), Jenny Reeve (violon sur 6 et 10), Andrew Savage (chant sur 10) et Allan Wylie (trompette sur 7 et 10).

Auteurs

Écrit et composé par Aidan Moffat et Malcolm Middleton.

Production

Produit par Arab Strap, Geoff Allan et Paul Savage.
Enregistré par Paul Savage aux studios Chem 19 à Hamilton près de Glasgow (Écosse, Royaume-Uni), et par Geoff Allan aux studios Ca Va Sound Workshops à Glasgow.
Mixé par Arab Strap et Geoff Allan à Ca Va.

Pochette

Rik Lee.

Parution et label

2005, Chemikal Underground.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019