Starless

Longwave / The Strangest Things

Pochette de l'album "The Strangest Things" de Longwave

2003, BMG

Tout Américains qu'ils sont, les New Yorkais de Longwave ont du rock anglais dans les veines. L'emphase céleste des Chameleons (Wake Up When It's Over), la britpop acide et saccadée célébrant les noces de Geneva et de Bloc Party (Exit), l'introspection cérébrale de Radiohead (Meet Me At The Bottom)... Il y a toutefois aussi un peu de modernité américaine inspirée de groupes comme les Strokes (Pool Song). « Je suis tout ce que tu voulais », chante Steve Schiltz dans Tidal Wave, synthèse de tous ces courants british des années 80 et 90. Entièrement d'accord, mon gars. Dommage que tes potes et toi n'ayez pas continué à évoquer comme ça ma propre époque des bientôt ou jeunes trentenaires qui, tout au rêve de choses non pas étranges mais banales, donnent encore avec enthousiasme au monde et attendent d'en recevoir autant. Cette nostalgie n'est pas totalement partagée : ils se sont fait éreinter par la critique, sur le mode « Qu'avons-nous besoin de Longwave alors que nous avons déjà tous ceux qu'ils imitent ? »

31 mars 2018

Vidéo / Tidal Wave

Clip vidéo, version originale.
Vidéo éditée par LongwaveVEVO.

Chansons de l'album

  1. Wake Me When It's Over
  2. Everywhere You Turn
  3. Pool Song
  4. I Know It's Coming Someday
  5. Meet Me At The Bottom
  6. Can't Feel A Thing
  7. Tidal Wave
  8. The Ghosts Around You
  9. All Sewn Up
  10. Exit
  11. Strangest Things
  12. Day Sleeper

Crédits

Musiciens

Longwave est Shannon Ferguson (guitare), Mike James (batterie), Dave Marchese (basse) et Steve Schiltz (chant, guitare).

Auteurs

Écrit et composé par Longwave.

Production

Produit, enregistré et mixé par Dave Fridmann aux studios Tarbox Road à Cassadaga (New York, États-Unis), avec l'assistance de Michael Ivins et Bill Racine.
Mastérisé par Greg Calbi aux studios Sterling Sound à New York (États-Unis).
Agent artistique : Joe McEwen.

Pochette

Longwave et Robin C. Hendrickson (illustration), Lego, Alexa Kokinos et Ericka Martins (photo).

Parution et label

2003, BMG.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019