Starless

Pink Floyd / Wish You Were Here

Pochette de l'album "Wish You Were Here" de Pink Floyd

1975, Pink Floyd Music / Harvest

Que peut-on faire encore après un chef d'œuvre ? Cette question ! Et bien, recommencer, tiens ! En tout cas s'y employer, comme tous les artistes. Arrive donc, deux ans après The Dark Side Of The Moon, un Wish You Were Here que je me souviens avoir découvert avec l'appréhension de la déception. Une crainte injustifiée, à vrai dire, car s'il n'atteint pas le degré de perfection de son prédécesseur, il n'en est quand même pas trop loin. Le son est toujours du cristal pur, avec une ambiance générale un peu plus planante, due aux très longs développements des deux parties de Shine On You Crazy Diamond et à la ballade plus acoustique de Wish You Were Here, dont la mélodie, impeccablement chantée par David Gilmour, coule de source jusqu'à l'émotion par le seul courant de sa simplicité et de son évidence. Si l'on déplace le curseur davantage vers le rock, on tombe sur Have A Cigar, chaloupé à souhait et hachuré d'accords secs et métalliques qui le rapprochent du funk. Disons que ce serait dans cet album le pendant de Money du précédent. La surprise viendrait au fond davantage de Welcome To The Machine, où Pink Floyd a l'idée brillante de marrier la guitare acoustique à la musique industrielle. Ce qui me donne d'ailleurs l'occasion de rendre grâce au jeu extrêmement fin, délicat et intelligent du regretté claviériste Richard Wright, qui a parfaitement su fondre ces nouveaux synthés qu'étaient l'EMS VCS 3 et le Minimoog dans son tricotage discret de fabuleuses textures sonores, tantôt pour déployer d'apaisantes mélodies, tantôt pour paver les solos de guitare de relances ou de douce moquette harmonique, tantôt encore pour assumer pleinement le potentiel d'exploration qu'apportaient ces nouvelles sonorités. En cela, Welcome To The Machine n'est pas sans faire penser à ces nouveaux chemins électroniques défrichés par des groupes comme Tangerine Dream. Un chef d'œuvre ? Peut-être pas. Mais une pleine réussite de la part d'un groupe conscient d'être attendu au tournant, sans aucun doute.

22 janvier 2022

Vidéo / Wish You Were Here

Londres (Angleterre, Royaume-Uni), le 2 juillet 2005.
Vidéo éditée par Imanol Ruiz.

Chansons de l'album

  1. Shine On You Crazy Diamond (Part 1-5)
  2. Welcome To The Machine
  3. Have A Cigar
  4. Wish You Were Here
  5. Shine On You Crazy Diamond (Part 6-9)

Crédits

Musiciens

Pink Floyd est David Gilmour (chant, guitare), Nick Mason (batterie, percussions), Roger Waters (chant, basse) et Richard Wright (claviers).
Avec Venetta Fields (chœurs), Roy Harper (chant sur 3), Dick Parry (saxophone ténor et baryton sur 1, 5) et Carlena Willias (chœurs).

Auteurs

Écrit par Roger Waters et composé par David Gilmour, Richard Wright et Roger Waters (1, 5) ; Roger Waters (2, 3) ; Roger Waters et David Gilmour (4).

Production

Produit par Pink Floyd.
Enregistré par Brian Humphries aux studios Abbey Road à Londres (Angleterre, Royaume-Uni) avec l'assistance de Peter James.
Édité par Pink Floyd Music Publishers.

Pochette

George Hardie (graphisme), Howard Bartrop, Jeff Smith, Peter Christopherson et Richard Manning pour Hignosis.

Parution et label

1975, Pink Floyd Music / Harvest.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2022. Page éditée le 22 janvier 2022