Starless

King Crimson / Lizard

Pochette de l'album "Lizard" de King Crimson

1970, EG Records

Le problème, avec les inventeurs, c'est la valse des étiquettes. Non seulement ils font des choses auxquelles personne n'avait songé, mais ils bouleversent du même coup les repères bien commodes dont le commun des mortels jalonne le monde pour pouvoir le comprendre et s'y sentir chez lui. King Crimson en général et son guitariste-compositeur Robert Fripp en particulier font partie de ces trublions. Il faut dire qu'en plus des étiquettes, le groupe pratique allègrement la valse des musiciens – à moins qu'il ne la subisse. Les frères Giles, Ian McDonald et Greg Lake partis, il ne reste des fondateurs que le parolier Peter Sinfield et, dans le rôle du capitaine qui n'abandonne pas son navire, Robert Fripp. Ce sont donc les musiciens entrant ou gravitant dans le cercle au gré des albums et des concerts qui contribuent plus que fortement à forger le son du groupe : Mel Collins, Gordon Haskell et Keith Tippet tout particulièrement, qui étaient déjà là pour In the Wake of Poseidon. Je ne sais pas si tout ce beau monde est en avance sur son temps, mais il est clair qu'une fois encore, King Crimson nous gratifie avec Lizard d'un ovni dans le monde du rock – si tant est que cela en soit. L'inspiration classique introduite dans le précédent album se renforce, mais c'est l'influence du jazz – et même du free jazz – qui domine. Le miracle, c'est que Robert Fripp – qui au passage excelle aussi dans les accompagnements de guitare acoustique, griffures et morsures dans Cirkus, caresses dans Lady of the Dancing Water – parvient à combiner la rigueur du classique et l'apparente liberté d'improvisation du free jazz soit pour bâtir des cathédrales gothiques (Lizard), soit pour décorer de « simples » chansons (Indoor Games, Happy Family). Au point que c'est peut-être le plus « rock » des morceaux, Cirkus, sombre et créant un étrange malaise, qui constitue l'intrus dans cet album ambitieux, novateur, riche et néanmoins déroutant.

2 janvier 2010

Vidéo / Cirkus

Version originale.

Chansons de l'album

  1. Cirkus
  2. Indoor Games
  3. Happy Family
  4. Lady Of The Dancing Water
  5. Lizard
    1. Prince Rupert Awakes
    2. Bolero - The Peacock's Tale
    3. The Battle of Glass Tears
    4. Big Top

Crédits

Musiciens

King Crimson est Mel Collins (flûte, saxophone), Robert Fripp (guitare, mellotron, claviers), Gordon Haskell (basse, chant), Andy McCulloch (batterie) et Peter Sinfield (textes et illustrations).
Avec Jon Anderson (chant sur 5), Mark Charig (cornet), Nick Evans (trombone), Robin Miller (hautbois, cor anglais), Keith Tippett (piano).

Auteurs

Textes : Peter Sinfield. Musique : Robert Fripp.

Production

Produit par Robert Fripp et Peter Sinfield pour EG Records.
Réalisé par Robin Thompson au studio Wessex Sound à Londres (Royaume-Uni).

Pochette

Peter Sinfield (conception) / Gini Barris (illustration).

Parution et label

1970, EG Records.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019