Starless

Kid Pharaon / Deep Sleep

Pochette de l'album "Deep Sleep" de Kid Pharaon

1991, Danceteria

Je conserve un souvenir ému de l'album Love Bikes, signé Kid Pharaon & The Lonely Ones, dont je n'ai malheureusement plus l'enregistrement que j'en avais fait sur cassette. Il me reste par bonheur ce Deep Sleep sur CD. J'ai conscience que c'est une chance en des temps où l'on a un mal de chien à retrouver l'œuvre de groupes restés trop confidentiels pour avoir mérité la postérité numérique offerte par les grandes plateformes musicales. Il y a bien quelques exemplaires de vinyls ou de CD qui s'échangent ici et là, mais à des tarifs tout de même risqués. Tout cela pour dire que la vie est décidément injuste et mal faite ! Car Thierry Duvigneau, alias Kid Pharaon, est tout simplement un génie. Surdoué de la mélodie à reprendre à tue-tête, du groove à se trémousser partout, de l'orchestration à s'évanouir de plaisir. Son rock ne sonne comme aucun autre sans que l'on arrive à bien saisir comment il s'y prend pour rendre l'originalité aussi festive et jouissive. Pour cet album, signé avec son groupe rebaptisé Merry-Go-Round, il y a du gros travail sur les chœurs, c'est sûr. Le renfort judicieux de cuivres dont les interventions sont aussi astucieuses que respectueuses. Une mise en avant évidente de la basse qui tient à bout de cordes la quasi-totalité des chansons alors que la guitare se tient plus en retrait. Une batterie rusée capable de faire passer une valse pour du rock (Wire Brush). De petites phrases de guitare qui surgissent soudain pour relancer la gomme avec un bon choc électrique. C'est bien simple : les six premiers morceaux de cet album, de très haute volée, ne cessent de faire grimper le thermomètre jusqu'à l'éruption de bonheur absolu que constitue pour moi Never Is Never. Alors oui, la vie est mal faite, qui a laissé de tels talents dans l'ombre quand tant de médiocrités et de banalités bénéficient de soutien. L'éducation nationale a gagné sûrement un professeur honorable en la personne de Thierry Duvigneau. Mais la musique a perdu trop tôt un Kid Pharaon qui avait encore sûrement des tonnes de croches à bonheur à nous offrir.

6 novembre 2021

Vidéo / Diamond Day (I Wish You Stumble On Your)

Version originale.
Vidéo éditée par Oliv DeKaDe.

Chansons de l'album

  1. Big Circus
  2. Wire Brush
  3. Moments
  4. Diamond Day (I Wish You Stumble On Your)
  5. Little Man
  6. Never Is Never
  7. Deep Sleep
  8. Kisses Of Snake
  9. Dear Louis
  10. Heart Of Stone
  11. In Industrial Amounts

Crédits

Musiciens

Kid Pharaon Merry-Go-Round est Thierry Duvigneau (guitare, chant), Laurent Pardo (basse, chant), Stéphane Reynaud (batterie) et Sharp (Philippe Charpentier, guitare, chant).
Avec Sabine et Annie Astar (chœurs), Bruno Saby et Francis Mounier (claviers sur 6 et 10).
Et le Kakal Band : Alain Barrabes (saxophone ténor), Patrick Bernard (saxophone ténor), Michel Laporte (saxophone alto), Francis Mounier (saxophone baryton), Jean-Luc Parreau (saxophone soprano) et Jean-Michel Saint-Cricq (saxophone soprano).
Et aussi les amis qui crient sur 4.

Auteurs

Écrit et composé par Kid Pharaon Merry-Go-Round.

Production

Enregistré par Jean-Marc Sigrist et Bruno Saby aux studios Le Chalet près de Bordeaux (France).
Agence : Radical Production à Angers (France).
Managers : Jean-Paul Roy et Stéphane C. Jonathan.

Pochette

Janique (conception), Gabriel Demaret (photo de couverture) et Éric Marie-Magdeleine (photos intérieures).

Parution et label

1991, Danceteria.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2021. Page éditée le 7 novembre 2021