Starless

Musicabrac / Summoning of the Muse

La start-up toulousaine Hexachords développe ORB, une intelligence artificielle dédiée à la composition musicale.

La joueuse de tympanon au Musée des arts et métiers à Paris.

La joueuse de tympanon au Musée des arts et métiers à Paris.
Photo : Jean-Pierre Dalbéra / Creative Commons.

C'est vrai, ça. Pourquoi s'embêter à courir après une muse souvent volage, voire récalcitrante ? Allez, hop ! ORB, trouve-moi donc un thème orchestral, plutôt lent et contemplatif au début puis plus enjoué, le tout en une minute trente. Et que ça saute ! La start-up Hexachords, fondée en 2015 à Toulouse, reste discrète sur le taux de déchets inexploitables que ses algorithmes produisent avant d'aboutir à une proposition potable. L'on sait juste qu'il a fallu 5 ans de développements et 150 000 lignes de code pour peaufiner ORB, qui aurait créé 1 500 thèmes à ce jour. Il faut admettre que les exemples proposés sont assez convaincants dans le genre passe-partout, et donc a priori idéaux pour les deux cibles principales que se fixe la société, à savoir les compositeurs et les réalisateurs de la publicité et du cinéma, sans s'interdire de lorgner aussi vers les éditeurs de jeux vidéo. Je veux bien que la technologie puisse aider aux 99 % de transpiration que demande le génie, pour reprendre cette citation de Thomas Edison qu'Hexachords met en avant. Elle le fait d'ailleurs depuis longtemps. Mais je suis beaucoup plus réservé sur cette idée consistant à permettre aux paresseux, compositeurs de pacotille, bidouilleurs de peu et profiteurs à court terme de s'acheter un ersatz du 1 % d'inspiration qu'ils n'ont pas et ne veulent pas payer à son juste prix en recourant à de vrais compositeurs. Plus généralement, je reste sidéré par le manque de culture et d'empathie dont font preuve de nombreux créateurs de start-up numériques, en fondant leurs projets sur le postulat que l'humanité se résume au fond à un gros tas de consommateurs abrutis.

26 décembre 2016

Sources : Hexachords.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 10 août 2019.